Vous êtes ici : Accueil / Détail du document

Document

Ce document vous intéresse ?

Parmi les avis

Massacru di li nucenti. Marc Biancarelli. L’ùltimu rumanzu di Marc Biancarelli, hè sciutu, toccu ghjinnaghju, ind’è Actes Sud. In a notti di u 3 à u 4 ghjunghju 1629, u Batavia, magnìfica navi di a Cumpagnìa ullandesa di l’Indii urientali, s...

Massacre des innocents

Auteur :


Editeur : Actes Sud. Arles (Bouches-du-Rhône)
Année de publication : 2018
Resumé: L'histoire du plus grand massacre du XVIIe siècle, celui des 250 rescapés du naufrage d'un navire de commerce néerlandais, en 1629.

ISBN : 978-2-330-09234-4
EAN : 978-2-330-09234-4
Langue : français
Description physique :

  • 293 p.. ill. en coul., couv. ill. en coul.. 22 cm

Centre d'intérêt Naufrage

Genre Roman contemporain français

Sujet : Roman contemporain français ; Naufrage


Évaluation des lecteurs :

5/5 étoiles 2 avis

Vérification des exemplaires disponibles ...

Ceux qui ont emprunté cet ouvrage ont aussi emprunté

Jour-d'avant-(Le)

Jour d'avant (Le) / Chalandon, Sorj. Auteur

Géopolitique-du-moustique-:-Petit-précis-de-mondialisation-IV

Géopolitique du moustique... / Orsenna, Erik (1947-....)...

rose-de-Saragosse-(La)

rose de Saragosse (La) / Jerusalmy, Raphäel. Auteu...

loyautés-(Les)

loyautés (Les) / de Vigan, Delphine - Aute...

Repenti

Repenti / Chossat, Claude

Avis des lecteurs

  • 5/5 étoiles Massacru di li nucenti. Marc Biancarelli. , Le 09 février 2018 à 12:00
    par Françoise Polverelli

    Massacru di li nucenti. Marc Biancarelli. L’ùltimu rumanzu di Marc Biancarelli, hè sciutu, toccu ghjinnaghju, ind’è Actes Sud. In a notti di u 3 à u 4 ghjunghju 1629, u Batavia, magnìfica navi di a Cumpagnìa ullandesa di l’Indii urientali, s’arena à u largu di l’Australia. « I 250 riscapati rifughjati nant’à isulotti ani da essa vìttimi di un immensu massacru ministratu da l’intindenti Jeronymus Cornelisz chì, ogni ghjornu, s’ingolfa di più in a viulenza, a crudeltà è l’abiezzioni è avvìa cun eddu i so cumpatriotti. Di pettu à eddu, i mani machjati di u sangui di i nucenti ch’eddu hà starminatu duranti a so carriera di suldatu, un certu Weybbe Hayes si metti à u capu di a risistenza è salva da a morti una manata di naufraghjati » è in particulari una donna Lucrezia, chì cun edda, si supponi ch’eddu ci truvarà l’amori. Ispiratu da un fattu stòricu, « Massacru di li nucenti » ùn hè propiu unu rumanzu stòricu, moltu più chì l’autori s’alluntana da u so ambienti lucali : u rumanzu ùn hà nienti à chì veda cù a Corsica, ma ci si ritrova a timàtica essenziali di a so òpara, à sapè a viulenza chì stà drentu à l’omu o i gruppi umani è, più particularmenti, quiddi chì sò sottumissi à un certu isulamentu o chjusura, quicci un tarritoriu isulanu tagliatu da tuttu. Una passata sanguinaria dunqua dundi l’orrori è a barbarìa sò evucati senza cumplessu, in una lingua cruda, cù una custruzzioni urighjinali, sottu forma di quatra. Pà certi sceni, quidda di u naufraghju o l’evucazioni di battagli di a Guerra di Trenta, si senti à Biancarelli, nutritu è spiratu da a pintura fiamenga di tandu. Alludi à u quatru di Cornelisz Van Haarlem « u Massacru di I Nucenti », parpitratu da u rè Erodu contr’à i ziteddi ghjudei, in tempu di a nàscita di Cristu. Pà stu rumanzu, l’autori hà visticatu righjistri linguìstichi novi : a navigazioni, u cumerciu culuniali, a guerra, u cuntestu stòricu è culturali di l’Ollanda di u 17u sèculu, paesi d’ecunumìa è di cultura spindurenti ma abitatu quantunqua da a miseria, u putanìsimu è a viulenza. Cusì, medienti parsunaghji emblemàtichi, a vera quistioni ch’eddu brama di pònaci è chì ferma univirsali, hè propiu quista quì : parchì à dispettu di u sustrattu di a civiltà, l’omu hè sempri capaci di cada in a salvatichezza ? Parchì a fruntiera trà u bè è u mali hè cusì tènua ? U riscattu sarà pussìbuli da i boia è da i vìttimi ? Risposta in l’epìlogu imprivisìbuli di u rumanzu, chì l’avareti capita, vi ricumandu forti di lèghjalu ! In l’attualità, ùn mancheti, manc’appena, u ducumintariu di Sébastien Bonifay, diffusu da FR3 Corse ViaStella, « Marcu Biancarelli, u maverick di i scritti corsi ». Traduction en langue corse de Rinatu Coti

  • 5/5 étoiles Massacre des innocents. Marc Biancarelli, Le 09 février 2018 à 11:59
    par Françoise Polverelli

    Chronique « Massacre des innocents » de Marc Biancarelli Le dernier roman de Marc Biancarelli, est paru, début janvier, chez Actes Sud. Dans la nuit du 3 au 4 juin 1629, le Batavia, superbe navire de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, s'échoue au large de l'Australie. » Les 250 rescapés réfugiés sur des îlots vont être victimes d’un immense massacre orchestré par l’intendant Jeronymus Cornelisz qui, chaque jour, s’enfonce davantage dans la violence, la cruauté et l’abjection et y entraine ses congénères. Face à lui, les mains tachées du sang des innocents qu’il a exterminés durant sa carrière de soldat, un certain Weybbe Hayes prend la tête de la résistance et sauve de la mort une poignée de naufragés » dont une femme Lucretia, auprès de laquelle, on suppose qu’il trouvera l’amour. Inspiré d’un fait historique, « Massacre des innocents » n’est évidemment pas un roman historique, qui plus est, l’auteur s’éloigne cette fois-ci de la sphère locale : le roman n’a rien à voir avec la Corse mais, on y retrouve la thématique essentielle à son œuvre, à savoir la violence qui habite l’homme ou les groupes humains et, plus particulièrement, ceux soumis à un certain isolement ou enfermement, ici un territoire insulaire coupé de tout. Un épisode sanguinaire donc où l’horreur et la barbarie sont évoquées sans complexe, en une langue crue, dans une construction originale, sous forme de tableaux. Pour certaines scènes, celle du naufrage ou l’évocation de batailles de la Guerre de Trente ans, on sent Biancarelli, nourri et inspiré de la peinture flamande de l’époque. Il y fait allusion au tableau de Cornelisz Van Haarlem « le Massacre des Innocents », perpétré par le roi Hérode à l’encontre des enfants juifs, au moment de la naissance du Christ. Pour ce roman, l’auteur a creusé des registres linguistiques nouveaux : la navigation, le commerce colonial, la guerre, le contexte historique et culturel de la Hollande du 17ème siècle, pays à l'économie et à la culture rayonnantes mais habité, également par la misère, la débauche et la violence. Ainsi, au travers de personnages emblématiques, la vraie question qu’il désire nous poser et qui demeure universelle, reste celle-ci : pourquoi, malgré le substrat de la civilisation, l’homme est-il toujours capable de basculer dans la sauvagerie ? Pourquoi la frontière entre le bien et le mal est-elle si ténue ? Le rachat est-il possible pour les bourreaux et les victimes ? Réponse dans l’épilogue imprévisible du roman, dont vous l’aurez compris, je vous recommande vivement la lecture ! Dans l’actualité, ne manquez, surtout pas, le documentaire de Sébastien Bonifay, diffusé par FR3 Corse Via Stella, « Marcu Biancarelli, le maverick des lettres corses ». Sur France 3 Corse Via Stella Mercredi 14 févr. 2018 à 22h45 Rediffusion Sur France 3 Corse Via Stella Dimanche 18 févr. 2018 à 16h15 Rediffusion